Organisé par le Conservatoire botanique national de Brest, Bretagne vivante et leurs partenaires, le colloque international "La cartographie de la flore, un outil au service des politiques publiques de la biodiversité" en hommage au professeur Pierre Dupont a rassemblé 150 participants les vendredi 7 et samedi 8 juin 2019 à Nantes. Ce colloque avait pour but de mettre en avant les relations entre les travaux scientifiques actuels sur la biodiversité végétale, dont la cartographie floristique, et les politiques publiques de la préservation de la nature.

L'évènement a été marqué par la richesse et la qualité des interventions ainsi que par la bonne humeur et le sérieux des participants. 18 interventions et 10 posters ont été présentés lors de la journée du vendredi et 2 sorties organisées le samedi à la dune du Tresson (Vendée) et au vallon du Gobert (Loire-Atlantique), deux espaces naturels sensibles.

Retrouvez dans cet article toutes les ressources en téléchargement.
 


Photo : Charlotte Dissez (CBN de Brest)

 

Contexte

Le 22 janvier 2017, Pierre Dupont (1925-2017) s’éteignait près de Bordeaux, à l’âge de 91 ans. Il fut notamment directeur du laboratoire d’écologie et de phytogéographie de la Faculté des sciences de Nantes pendant plus de 25 ans. La communauté des botanistes reconnaît l’importance de sa contribution scientifique dans le champ de la phytogéographie du domaine atlantique, de la cartographie floristique et de l’écologie végétale. Ses liens étaient forts avec les gestionnaires d’espaces naturels, les collectivités locales et les services de l’état en charge des dossiers environnementaux.

S’appuyant sur ses thèmes et axes de travail historiques, le Conservatoire botanique national de Brest et Bretagne vivante organisaient, en collaboration avec les Conservatoires botaniques nationaux Sud-Atlantique et des Pyrénées et de Midi-Pyrénées, l’Université de Nantes, la Société botanique du Centre-Ouest et l’Université de Bretagne occidentale, un colloque international à sa mémoire.

 

Découvrez le portrait de Pierre Dupont à travers la présentation introductive du colloque

Réalisation : Université de Nantes.

 

Programme

Vendredi 7 juin : communications orales

> Session 1 • La cartographie floristique en réseau et la connaissance des aires de répartition
Pierre Dupont fut, en France, le promoteur de la cartographie floristique « en réseau » (cartographie basée sur un découpage géographique du territoire en mailles géométriques standardisées). Il disposait d’une vision européenne des travaux réalisés pour la connaissance de la répartition de la flore, notamment à travers son engagement dans le projet Flora europaea. Son rôle historique appelle, dans cette première session, un état des lieux de l’application de cette méthode et des résultats phytogéographiques qu’elle produit.

> Session 2 • La phytogéographie et l’identification des enjeux de conservation
L’inventaire et la cartographie floristiques étaient pour Pierre Dupont des outils essentiels d’information et d’aide à la décision. La connaissance des aires de répartition sur une vaste échelle lui donnait une vision globale des enjeux qu’il employait pour hiérarchiser les priorités de conservation notamment dans le cadre d’études d’évaluation de l’intérêt floristique de sites. Cette session est consacrée aux méthodes et outils utilisés pour identifier les enjeux de conservation d’un territoire.

> Session 3 • Les enjeux de conservation de la flore et les politiques publiques de la biodiversité
Pierre Dupont a incarné une certaine époque où la totalité les universités (notamment dans le grand Ouest de la France) abritaient la plupart des chercheurs militants impliqués dans les réseaux de la protection de la nature. Ses travaux ont trouvé de nombreux prolongements, notamment dans les domaines du droit (protection réglementaire d’espèces et de sites) ou de l’ingénierie écologique (proposition de plans de gestion, de documents d’aide à la décision…). Collaborant tout au long de son parcours professionnel avec les services de l’État, les collectivités et les gestionnaires d’espaces, notamment dans le monde agricole, il ancrait son travail de recherche au cœur des politiques publiques de l’environnement et de l’aménagement du territoire. Après avoir lui–même formé nombre d’étudiants pendant sa carrière universitaire, il a aussi activement plaidé pour la formation de botanistes et leur intégration dans les services compétents sur les questions d’aménagement. Cette dernière session propose une mise en perspective interdisciplinaire interrogeant le lien entre la connaissance scientifique et les politiques publiques de la préservation de la biodiversité. Adoptant un point de vue se situant à la croisée des problématiques science et société, elle traite des modes de collaboration entre acteurs de la connaissance, de la gestion et de la protection de l’environnement ; elle questionne également les dispositifs et les actions permettant de mieux prendre en compte les enjeux de conservation de la flore dans l’aménagement du territoire.

Samedi 8 juin : visites d'Espaces naturels sensibles

> Espace naturel sensible du Département de Vendée à la Guérinière sur l’île de Noirmoutier
La dune de la Tresson constitue un ensemble dunaire exceptionnel dont Pierre Dupont avait souligné, en 1992, l’intérêt sur le plan de la flore et de la végétation dans une publication de la Société des sciences naturelles de l’Ouest de la France (p. 30 à 34). Le botaniste et le Conservatoire botanique national de Brest avaient alerté à l’époque sur les conséquences négatives d’un projet d’aménagement d’un complexe de golf, en déplorant aussi la réduction de l’espace dunaire par l’urbanisation et son atteinte par différents usages. Sur la base de ces alertes, le Département avait alors pris la décision d’abandonner ce projet et de privilégier une approche environnementale. Sur cet Espace naturel sensible de 86 hectares, le Département de la Vendée œuvre à sa préservation dans le cadre d’un plan de gestion. Celui-ci est déployé avec la collaboration de partenaires techniques et scientifiques du Département pour la gestion des milieux et des espèces.

> Espace naturel sensible du Département de Loire-Atlantique à Mauves-sur-Loire
S’inscrivant dans un ensemble d’espaces naturels sensibles situés entre les marais de l’Erdre et la vallée de la Loire, le vallon du Gobert fait l’objet d’une gestion active du Département de Loire-Atlantique, sur les bases d’un plan de gestion quinquennal 2018-2022. Les gestionnaires détailleront les actions de gestion qui visent la restauration et l’entretien de prairies humides et plus sèches mais qui doivent aussi s’adapter à un nouvel arrivant dont l’action modifie sensiblement le milieu : le castor !
 

 

Photos

Retrouvez les photos du colloque sur la galerie Google photo :


Photos : Jean-Yves Bernard (Bretagne vivante)

Diaporamas des communications orales en téléchargement


> Introduction


> Session 1 • La cartographie floristique en réseau et la connaissance des aires de répartition


> Session 2 • La phytogéographie et l’identification des enjeux de conservation


> Session 3 • Les enjeux de conservation de la flore et les politiques publiques de la biodiversité

 

Posters en téléchargement

 

Co-organisateurs

  • Conservatoire botanique national de Brest
  • Bretagne vivante

Comité d'organisation

  • Conservatoire botanique national de Brest
  • Bretagne vivante
  • Université de Nantes
  • Conservatoire botanique national des Pyrénées et Midi-Pyrénées
  • Conservatoire botanique national Sud-Atlantique
  • Société botanique du Centre-Ouest
  • Université de Bretagne occidentale

Partenaires financiers

  • DREAL Pays de la Loire
  • Conseil départemental de Loire-Atlantique
  • Conseil départemental de Vendée
  • Fédération des conservatoires botaniques nationaux
  • Conservatoire botanique national de Brest
  • Bretagne vivante

En savoir +

La carte des grands types de végétation d'Ille-et-Vilaine est en accès libre depuis septembre 2019. Elus, professionnels de l'environnement, habitants curieux ou aguerris, vous pouvez désormais visualiser la répartition des landes, forêts, pairies, roselières et autres grands types de végétation de votre département.

Comment visualiser et utiliser la carte ?



En cliquant sur le bouton, vous accédez à la fiche de métadonnées avec le visualiseur et la notice détaillant la méthode, les résultats, les fiches descriptives de chaque grand type de végétation. Vous y trouverez aussi des précisions sur le contenu de la couche géographique, les sources, les modalités d'utilisation et de citation de la carte.

La légende de la carte est accessible à partir de la fonctionnalité "Couches" dans les pictos à droite. Se trouve alors un picto en forme d'écrou "Informations sur la couche".
 

Quelle analyse peut-on faire du territoire ?

La végétation d’Ille-et-Vilaine est dominée par des cultures et d’importants massifs forestiers. Une lecture plus approfondie permet d’identifier des zones à forts enjeux environnementaux :

  • des zones de bocage dense dans le nord-ouest et le sud-ouest du département,
  • une importante surface de végétation des marais salés sur la partie est du littoral,
  • une forte présence de zones humides (marais de Dol, marais de Redon, bords de la Vilaine...),
  • de nombreux étangs,
  • des zones à forte pression d’urbanisation (notamment autour de Rennes, le long de l’axe Rennes - Redon avec le développement de la 2x2 voies et sur l’ouest du littoral).

Chiffres clés

  • 684 400 hectares cartographiés
  • 3 728 km² de cultures
  • 614 km² de forêts sèches et mésophiles
  • 422 km² de végétations naturelles humides

 

Précaution - Les cartes sont seulement visualisables. Si vous êtes un professionnel de l'environnement et de la géomatique, vous pouvez prendre contact avec l'équipe télédétection du Conservatoire botanique pour obtenir les couches et les intégrer à vos logiciels SIG : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

En savoir +

Contact

Equipe télédétection
Programme "Cartographie des grands types de végétation de Bretagne"
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Logos partenaires CGTV bzh

En savoir plus

4 arrêtés préfectoraux ont été pris sous l’impulsion de plusieurs organismes afin d’enrayer la progression de 2 plantes exotiques envahissantes dans les quatres département de Bretagne.

Quelles sont les plantes sont mises en cause ?

L'Ambroisie à feuilles d'armoise (Ambrosia artemisiifolia)

Comment reconnaître la plante ?

  • Taille : de 20cm à 2m de haut
  • Tige : ronde, pleine et poilue.
  • Feuilles : de la même couleur sur les deux faces, divisées en plusieurs lobes jusqu’à la nervure centrale, extrémité fine et pointue.
  • Fleurs : vertes en forme de cloches réunies en grappe au sommet de la plante.
  • Ne pas confondre avec l'Armoise vulgaire !

Quels risques pour ma santé ?

  • Pollen très allergisant.

Comment agir ?

  • Ne pas laisser fleurir.
  • Arracher en portant des gants avant la floraison.

 

Images : FREDON Bretagne

 

La Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum)

Comment reconnaître la plante ?

  • Très grande taille : de 3 à 5 m de haut.
  • Feuilles : composées, profondément découpées pouvant atteindre 1 m.
  • Feuilles : blanches, regroupées en ombrelles jusqu’à 50 cm de diamètre.
  • Tige : robuste, creuse, cannelée, tachetée de pourpre.
  • Ne pas confondre avec la Berce commune !

Quels risques pour ma santé ?

  • Provoque de très graves brûlures.

Comment agir ?

  • Ne pas toucher.
  • Ne pas laisser grainer.
  • Arracher à la bêche en se protégeant (gants, combinaison, bottes, visière).

 

Images : FREDON Bretagne

Pourquoi des arrêtés ?

Ces arrêtés apportent une réponse supplémentaire dans le cadre de la lutte contre ces plantes exotiques envahissantes impactant la santé. L’obligation de lutte et de non dissémination est applicable dès à présent et les mesures de préventions sont à privilégier pour une action plus efficace.

 

  • L’Agence régionale de la santé de Bretagne supervise le dispositif de surveillance et de lutte contre ces plantes.
  • La Fredon Bretagne met en oeuvre la surveillance et la lutte en lien avec les gestionnaires d’espaces. Elle coordonne l’action des différents acteurs, les forme et les conseille dans les méthodes de lutte à mettre en place.
  • L’ensemble des acteurs des territoires (collectivités, agriculteurs, particuliers…) peuvent signaler la présence de la plante à la Fredon Bretagne qui, en fonction de la situation, préconise des moyens de lutte adaptés.
  • Le Conservatoire botanique national de Brest tient à jour la Liste des espèces exotiques envahissantes de Bretagne.


Contact

Fredon Bretagne
02 23 21 18 18
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour cette En’Quête de plantes au Carnet, à proximité de Paimbœuf, venez observer les plantes sauvages qui vivent sur un remblai sableux, témoignage d’une période active d’aménagements de l’estuaire sur les communes de Frossay et de Saint-Viaud.

Au coeur de cette immense zone humide estuarienne, le Carnet abrite aujourd’hui une flore riche et spécifique, qui pousse les pieds dans le sable. Au moyen d’énigmes, vous serez invités à identifier autour de vous les plantes, et parfois aussi les animaux, qui ont élu domicile sur ce territoire. En atteignant les rives, vous constaterez que le Carnet est un endroit privilégié pour observer l’estuaire.

 

 

  • longueur du parcours : 5,7km en boucle
  • durée : 2h
  • étapes : 10
  • départ :  devant le portail du Carnet, au bout de la D177, commune de Saint-Viaud, Loire-Atlantique

 

 

Partenaires financiers

Partenaires techniques

Pour aller plus loin

Le Conservatoire botanique national de Brest met à jour, depuis 2008, des listes de plantes invasives, potentiellement invasives et à surveiller sur son territoire d’agrément. La version 2018 est maintenant disponible pour les Pays de la Loire

La dernière mise à jour de la liste des plantes vasculaires invasives, potentiellement invasives et à surveiller des Pays de la Loire concerne 142 plantes dont 25 invasives avérées, 44 invasives potentielles et 72 plantes à surveiller.

Les modifications proposées dans cette mise à jour sont : la précision de l’origine horticole ou non des taxons et l’ajout à cette nouvelle liste de 16 plantes, dont 13 à surveiller. Parmi les plantes ajoutées, on retrouve notamment l’Amorpha fructicosa (faux-indigo) détectée sur une boire de Loire au niveau de Savennières, l’Asclepias syriaca (Herbe aux perruches), plante préoccupante pour l’Union europpéenne, ainsi que d’autres espèces problématiques pour les cultures, ou présentant des risques pour la santé humaine.

A ces modifications, s’ajoute le changement de catégories pour 9 espèces. Par exemple, la Crassule de Helms n’est plus considérée comme émergente. En effet, bien qu’elle n’ait pas encore été signalée en Sarthe ni sur certains bassins versants, elle est maintenant présente dans 31 communes ou communes déléguées de la région. Enfin, 3 espèces ont été supprimées du fait d'une meilleure appréhension de leur comportement invasif ailleurs dans le monde, limité semble-t-il aux milieux fortement artificialisés.

Le pdf est disponible en ligne juste ici :

En savoir +