Le Rapport d'activité 2018 du Conservatoire botanique national de Brest met en avant, dans ses 36 pages et annexes, une vue globale sur l’établissement, ses partenaires, les programmes engagés dans l’Ouest de la France et à l’international pour l’étude et la préservation de la flore sauvage et des milieux naturels.

Sommaire

Administration générale

  • Dialogue de gestion avec les collectivités adhérentes
  • Accompagnement des projets d’Agences régionales de la biodiversité
  • Nouveaux locaux : préparation des marchés de travaux et déménagement
  • Moyens humains : stabilité sur les actions courantes
  • Situation financière : le redressement se poursuit
  • Partenariats financiers

Actions nationales

  • Collaborations avec l'Agence française pour la biodiversité
  • Rencontres des Conservatoires botaniques nationaux
  • Etude sur le devenir des Conservatoires botaniques nationaux

Ressources communes

  • Informatique : gestion des bases de données et développement d'applications métiers, gestion du parc informatiques et des réseaux avec le déménagement des locaux
  • Conservation ex situ : rénovation de la base de données Ex situ, programmes de conservation d'espèces menacées, banque de graines, collections du jardin et des espaces de culture
  • Documentation : déménagement, herbiers, contribution au portail documentaire de l'Agence française pour la biodiversité
  • Communication : plan de communication 2018-2021, stratégie sur les réseaux sociaux 2018-2021, le temps fort 2018, les autres actions marquantes concernant le partage des savoirs et des savoir-faire

Actions interrégionales

  • Observatoire de la végétation et des habitats : inventaire, référentiel R.N.V.O., carte des grands types de végétation, catalogues de végétations et d'habitats, rapportage Natura 2000
  • Observatoire de la flore : inventaire, animation du réseau des correspondants bénévoles, suivi stationnel de plantes rares et menacées, programme CoLiBry, référentiel R.N.F.O., programme interrégional sur les bords de routes avec la DIR Ouest
  • Mise à disposition des données scientifiques :  plateformes régionales de données naturalistes en Bretagne, en Pays de la Loire et en Normandie, mise à disposition de données et de métadonnées

Bretagne

  • Programmes d'étude et de conservation de la flore : actualisation des plans de conservation en faveur de Ranunculus nodiflorus, Centaurium portense et Huperzia selago, bilan du Plan national d'actions en faveur du Panicaut vivipare
  • Programme d'étude et de conservation des habitats : typologie des végétations et des habitats des marais salés de la Petite mer de Gâvres, caractérisation des séries de végétation du marais de Gannedel, carte des grands types de végétation de Bretagne, caractérisation phytosociologique
    des ourlets de trois ENS costarmoricains
  • Appui aux politiques de connaissance et de conservation de la biodiversité : prairies de Belle-île-en-mer, enjeux floristiques des Espaces naturels sensibles du Morbihan, Agence bretonne de la biodiversité, plateforme régionale des données naturalistes

Normandie

  • Programmes d'étude et de conservation de la flore : les inventaires départementaux de la Manche et de l’Orne, Mise à jour de la stratégie de suivi des populations d’espèces menacées
  • Programme d'étude et de conservation des habitats : connaissance des habitats à Characées, typologie des végétations pour la cartographie des habitats des Espaces naturels sensibles de l’Orne et du Calvados, typologie des végétations de fonds de vallées de la Hague
  • Appui aux politiques de connaissance et de conservation de la biodiversité : appui au Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin dans sa stratégie de suivi des populations d’espèces menacées, appui scientifique et technique à la ville de Caen

Pays de la Loire

  • Programmes d'étude et de conservation de la flore : identification de taxons prioritaires pour l’élaboration de nouveaux plans de conservation, bilan de la déclinaison régionale du Plan national d’action relatif au Flûteau nageant
  • Programme d'étude et de conservation des habitats : Réserve naturelle régionale du Polder de Sébastopol en Vendée, typologie phytosociologique et cartographie de la végétation de l’Espace naturel sensible du Daviaud en Vendée, programme sur la biodiversité des forêts ligériennes
  • Appui aux politiques de connaissance et de conservation de la biodiversité : appui à Nantes métropole pour l’Atlas de la biodiversité métropolitaine, partenariat avec le Conseil départemental de Vendée, appui à la DREAL pour l’inventaire ZNIEFF, déploiement des missions en Sarthe

International

  • Programmes de coopération : programme ASTIRIA sur l'archipel mauricien, conservation de la flore malgache
  • Plans d'action en faveur d'espèces menacées : exploration des potentialités de régénération de graines d'espèces disparues

Jardin du Conservatoire botanique national de Brest

  • Gestion et aménagement : jardin conservatoire, serres tropicales et pépinière
  • Promotion : renforcement des collaborations touristiques, participation au colloque Tourisme et numérique, organisation de reportage photo
  • Education et sensibilisation du public : visites des serres tropicales et ateliers pédagogiques, expositions, évènements et manifestations culturelles, livre sur le Conservatoire botanique

Valorisation scientifique et formation

  • Conférences et évènements en Bretagne, en Normandie, en Pays de la Loire, à l'international
  • Publications et colloques scientifiques : la revue E.R.I.C.A., participations avec interventions orales ou posters
  • Formation d'acteurs : étudiants, gestionnaires d'espaces naturels, botanistes et phytosociologues

 

En savoir +

En savoir plus

Télécharger le rapport d'activité 2018

Découvrir les précédents rapports d'activité annuels

Les conservatoires botaniques nationaux de Bailleul et de Brest publient, avec un réseau de partenaires, la première liste de plantes vasculaires exotiques envahissantes pour la région Normandie.

Contexte

Les acteurs institutionnels, techniques et scientifiques se mobilisent en Normandie :

  • la Région s'est engagée dans une nouvelle stratégie régionale relative aux espèces exotiques envahissantes pour la période 2018-2020,
  • les conservatoires des espaces naturels Normandie-Seine et Normandie-Ouest animent le Programme régional d'actions relatif aux espèces exotiques envahissantes
  • les conservatoires botaniques nationaux de Bailleul et de Brest ont été identifiés comme "référents flore" pour la connaissance et la mise en évidence des enjeux liés aux espèces végétales exotiques envahissantes de Normandie.

Afin de mettre en évidence les priorités régionales pour la gestion des plantes vasculaires exotiques envahissantes, ils ont travaillé de concert pour produire une première liste régionale, en partenariat avec la DREAL, la Région et l'Agence de l'eau Seine-Normandie.

Vasculaires ? Ce sont les plantes à fleurs et les fougères.

Objectifs de cette première liste

Il s'agit d'une liste provisoire opérationnelle, dans l’attente de la publication d'une méthode nationale pour les listes régionales de plantes vasculaires exotiques envahissantes. Elle met en évidence les plantes prioritaires et/ou les localités prioritaires et facilite ainsi la mise en place d’actions de gestion, de connaissance, d’information et de sensibilisation.

Cette liste a été réalisée à partir des deux listes existantes avant la réunification de la Normandie (Buchet et al., 2015 et Waymel et al., 2016).

En chiffres

17 espèces évaluées dont :

  • 33 espèces invasives avérées,
  • 35 espèces invasives potentielles,
  • 4 espèces désignées à "enjeu sanitaire" par l'Agence régionale de Santé de Normandie.

A noter : 11 espèces végétales de la liste nationale (2019) sont présentes en Normandie et 12 autres espèces végétales n'ont pour le moment pas été signalées ni en Basse-Normandie ni en Haute-Normandie. La vigilance s'impose.

Parmi les priorités

10 espèces doivent bénéficier d'une mise en place d'actions prioritaires :

  • Ambroisie à feuille d'armoise
  • Ambroisie à épis lisses
  • Berce du Caucase
  • Crassule de Helms
  • Egérie dense
  • Grand lagarosiphon
  • Hydocotyle fausse-renoncule
  • Jussie à grandes fleurs
  • Jussie rampante
  •  Myriophylle du Brésil

En savoir +

Références bibliographiques des anciennes listes

Contact

Juliette Waymel
Chargée d'études flore
Antenne Normandie-Caen
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Le numéro 33 de la revue E.R.I.C.A. est paru en avril 2019. A lire notamment dans les 128 pages : le bilan du Plan national d’actions en faveur du Panicaut vivipare, le retour sur l'initiation à l'étude des charophytes des Marais de Chicheboville dans le Calvados, le lancement d'un atlas de répartition de la flore vasculaire du département de la Manche, le groupe bota "Brestoâ" ainsi que le bilan des découvertes récentes concernant les plantes à fleurs et les fougères, les mousses, les lichens et les champignons lichénicoles du Massif armoricain et de ses marges…

Sommaire

En Bref

  • Retour sur l’initiation à l’étude des charophytes des Marais de Chicheboville (Calvados) • télécharger
  • En’Quête de plantes avec le Conservatoire botanique national de Brest • télécharger
  • Les applications web documentaires du Conservatoire botanique national de Brest • télécharger
  • Cédric Juhel (1989-2019) • télécharger

Vie du réseau des observateurs

  • Lancement d’un atlas de répartition de la flore vasculaire du département de la Manche
  • Le groupe bota « Brestoâ »

Connaissance de la flore et de la végétation

  • Le genre Elatine dans le Massif armoricain
  • Découverte d’un haut-marais à Eriophorum vaginatum et Sphagnum magellanicum dans la vallée de l’Erdre (Loire-Atlantique)
  • Sortie phytosociologique sur lesgrèves exondées des lacs et étangsde Vioreau, la Provostière, Grand-Lieu et des marges occidentales du marais de Brière (Loire-Atlantique)
  • La diversité des groupements végétaux de l’Aber de Crozon (Finistère)

Actions de gestion et de conservation

  • Plan national d’actions en faveur du Panicaut vivipare : bilan et perspectives

Bilan des découvertes

  • Découvertes 2018 concernant la flore vasculaire du Massif armoricain
  • Découvertes 2018 concernant les bryophytes du Massif armoricain
  • Découvertes 2018 concernant les lichens et les champignons lichénicoles du Massif armoricain
  • Découvertes 2000-2018 concernantles charophytes du Massif armoricain

 

Seules les brèves sont accessibles en PDF • en savoir + pour se procurer la revue

En savoir plus

Liste complète des sommaires n°1 à 32

Pauline Rascle, étudiante en doctorat à l'Université de Bretagne Occidentale, a soutenu une thèse parlant de la biologie et de l'écologie d'une population isolée en prenant pour exemple le Panicaut vivipare (Eryngium viviparum). Elle vise à répondre aux questions scientifiques de l'écologie et de la biologie du Panicaut vivipare en vue d'adapter les stratégies de conservation et de réintroduction.

La thèse est disponible juste ici

Résumé de la thèse

L'isolement géographique est une menace élevée pour le maintien des populations sur le long terme. Il est donc primordial de comprendre selon quel degré la viabilité des populations est affectée par leur isolement, notamment en vue de définir des priorités en terme de conservation. Eryngium viviparum J.Gay (Apiaceae) est une des espèces végétales les plus menacées d'Europe avec une distribution Ibéro-armoricaine très fragmentée. En France, son statut de conservation est devenu particulièrement critique avec la disparition de la presque totalité de ses populations au cours des années 1980, à l'exception d'une seule, suite à la destruction de son habitat par les activités humaines. Cette unique population fait depuis plusieurs années l'objet d'une conservation et d'une gestion attentive au sein d'une réserve protégée. Malgré ces actions, l'isolement de cette population soulève des interrogations sur sa viabilité sur le long terme.

Dans ce cadre et à travers une approche multidisciplinaire, la thèse propose un renforcement des connaissances sur les caractèristiques écologiques et biologiques d'E. viviparum, et plus particulièrement concernant sa dernière population française.

Elle s'articule selon trois axes principaux :

(1) L'étude de l'amplitude écologique de l'espèce, puis la caractérisation de ses préférences écologiques à fine échelle au sein de la dernière population française.

(2) L'évaluation de la viabilité de la population isolée d'après ses paramètres démographiques, son niveau de diversité génétique et son degré de différenciation avec d'autres populations.

(3) L'expérimentation des modalités de réintroduction en France.

Les résultats apportés par ce travail contribueront à définir les prochaines priorités en matière de gestion et de conservation pour assurer le maintien d'E. viviparum sur le long terme en France.

Le cas d'E. viviparum fournit un bon modèle d'étude pour évaluer l'effet de l'isolement ur la dynamique d'une population isolée et pour appliquer une conservation adaptée à cette problématique.

 

 

 

Retrouvez les outils d'aide à la reconnaissance des groupements végétaux des zones humides se trouvant sur les bassins versants de la Sée, de la Sienne et des bassins côtiers de la Manche en colonne de droite.

Documents disponibles

  • 1 catalogue de végétation dans le rapport de synthèse
  • 3 clés de détermination : une pour le bassin versant de la Sée, une pour le bassin versant de la Sienne et l'autre pour les bassins côtiers de la Manche
  • 71 fiches descriptives de végétation (niveau alliance) incluant des cartes de répartition

Contexte

Les bassins versants de la Sée, de la Sienne et des bassins côtiers de la Manche forment un vaste territoire de 285 000 ha réparti sur les départements de la Manche et du Calvados et sur 363 communes. Ils reposent principalement sur les roches du Massif armoricain, riches en silicates. Cette assise géologie a une forte influence sur le type de végétation pouvant s'y développer. La surface de zones humides représente 7,5 %, 6 % et 9 % du territoire de chacun des trois bassins versants (respectivement pour la Sée, la Sienne et les bassins côtiers de la Manche). Un plan d'échantillonnage a été réalisé par photo-interprétation afin de prospecter cette surface.

Objectif : faciliter la reconnaissance des groupements végétaux, indicateurs des caractéristiques écologiques, par le plus grand nombre et particulièrement par les acteurs locaux en charge de la gestion et de la préservation de la nature > + d'infos sur le programme

Partenaires

En savoir plus

Tome 1 : rapport de synthèse
Tome 2 : clés de détermination des groupements végétaux de zones humides du bassin versant de la Sée
Tome 3 : clés de détermination des groupements végétaux de zones humides du bassin versant de la Sienne
Tome 4 : clés de détermination des groupements végétaux de zones humides des bassins côtiers de la Manche
Tome 5 : fiches descriptives des groupements de zones humides