Le Conservatoire botanique termine actuellement le repérage de balades numériques qui permettront de découvrir à partir du printemps 2019 les plantes sauvages de la vallée de la Loire. Pascal a joué à cache-cache avec les asters !

De ces toutes dernières prospections faites le long des futurs itinéraires qui croisent parfois les berges du fleuve, on peut retenir l’abondante floraison d’arrière saison de l’Aster lancéolé. En quelques décennies, cette espèce d’origine horticole s’est répandue spontanément dans la vallée de la Loire de l’aval de Nantes jusqu’à sa source !

 

Flore Aster 2
  Fleurs blanches à liliacées de l’Aster lancéolé (Aster lanceolatus = Symphyotrichum lanceolatum) épanouies en septembre-octobre.

 

Un autre aster, l’Aster maritime peuple la partie la plus basse de l’estuaire de la Loire. Il vient du littoral et pénètre à l’intérieur de l’estuaire à la faveur de marais littoraux sur vases salées appelés « prés salés ». Ses feuilles charnues qu'on dit « succulentes », recouvertes d’un vernis sont une forme de résistance à la forte concentration en sel du milieu. Cette aptitude le distingue de l’Aster lancéolé, lui non succulent, qui ne tolère qu’un faible taux de salinité. C’est pourquoi l’Aster lancéolé et l’Aster maritime ne cohabitent jamais dans la vallée de la Loire.

Une autre différence entre les deux asters réside dans leur période de floraison. L’Aster maritime, en fleurs cet été, est en effet aujourd’hui en fruits. C’est donc comme si les deux espèces cousines s’amusaient à jouer à cache-cache à la fois dans l’espace et dans le temps…

 

Flore Aster 1
  Fleurs violacées et feuilles charnues de l’Aster maritime (Aster tripolium = Tripolium pannonicum) épanouies en juillet-août.

 

Flore Aster 3
  Fruits de l’Aster maritime, ici en octobre : ils sont constitués de petites graines brunes surmontées d’une aigrette de soies comme chez le Pissenlit.

 

Tous les asters possèdent des capitules aux fleurs extérieures rayonnantes. Le nom de genre Aster, tiré du Grec « étoile », sert d’ailleurs à désigner l’ensemble des espèces de la famille des Astéracées (anciennes Composées), parmi lesquelles on trouve entre autres les marguerites, les pissenlits, les chardons ou les centaurées.

Les balades numériques

L’objectif est de proposer une expérience de nature, d’accès simple et ludique, invitant à l’observation de la flore grâce à Baludik, une application mobile. Les balades seront accessibles au printemps 2019 ! Patience, patience...

Contact

Pascal Lacroix
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir +

Balades numériques "En'Quête de plantes" en Pays de la Loire

En savoir plus

Balades numériques "En'Quête de plantes" en Pays de la Loire