Haïti compte 1500 espèces de plantes à fleurs et de fougères endémiques c'est-à-dire qu'on ne trouve que dans cette seule région au monde : une richesse végétale incroyable. Mais la déforestation massive entraîne la disparition d'un grand nombre d'entre elles comme le Genévrier d'Ekman (Juniperus gracilior var. ekmanii) dont il n'existe plus que sept arbres... 

Contexte

Le patrimoine végétal d'Haïti menacé de disparition

Les îles Caraïbes abritent 11000 espèces végétales dont 72% endémiques, c’est-à-dire qu’elles n’existent que dans cette région du monde. Parmi ces îles, Haïti est certainement l’une des plus déforestées. On considère aujourd'hui que moins de 3% du territoire haïtien est couvert de forêts alors qu’en 1923 elles en couvraient 60%. Cette déforestation fragilise les milieux naturels et entraîne la disparition d’espèces végétales comme dans le le Genévrier d’Ekman en Forêt des Pins.

Le Genévrier d'Ekman, un arbre emblèmatique

Depuis 1998, le Genévrier d’Ekman est classé "en danger critique d’extinction" sur la liste de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Il figure parmi les espèces les plus menacées au monde, avant même le Panda géant. Son bois était utilisé pour la sculpture en raison de sa couleur rougeâtre et de ses belles rainures. Ses branches servaient également de bois de chauffage. Son nom lui vient d’Ekman, un botaniste suédois qui a prospecté Haïti dans les années 1920. Il a également donné son nom au célèbre Herbier Ekman de l’Université de Port au Prince.

A Haïti, il existe uniquement sept genévriers situés dans la Forêt des Pins sur le Massif de la Selle. Aujourd’hui, cette population est qualifiée de très faible et en diminution. Des mesures de préservation sont donc nécessaires pour sauver cet arbre et son milieu de l’extinction.

Deux programmes

Dans le cadre d’un appel à projet international lancé par le Critical Ecosystem Partnership Fund, l’Arche aux Plantes, le Conservatoire botanique, l’OPDFM, l’Université de Port au Prince et Vegenov, ont proposé en 2013-2015 le programme "Sauver le Genévrier d’Ekman et préserver la flore de la Forêt des Pins à Haïti". Ce programme porté par L’Arche aux plantes associe l’expertise technique et scientifique du Conservatoire botanique en matière d’étude et de conservation d’espèces végétales patrimoniales à l’échelle internationale et l'expérience de terrain de l'OPDFM notamment au niveau des reboisements de parcelles déforestées ou encore d’actions de sensibilisation auprès des populations locales.

Un nouveau programme 2016-2018 est actuellement en cours avec Vegenov et la Fondation Yves Rocher pour permettre de maitriser les étapes complexes de la multiplication in vitro du Genévrier d'Ekman puis d'envisager leur rapatriement et leur réintroduction dans leur milieu d'origine.

Résultats attendus

  • Inventaires botaniques, liste d’espèces patrimoniales, enquête ethnobotanique
  • Etat des lieux des enjeux de conservation
  • Mise à jour du plan de gestion et suivi des reboisements : 150 hectares reboisés, 100 hectares de forêts de feuillus (Rack bwa) mis en défens
  • Multiplication des espèces patrimoniales
  • Création d’un jardin de plantes endémiques
  • Multiplication in vitro du Genévrier d’Ekman et rapatriement à Haïti

Partenaires

2013-2015

2016-2018

En savoir plus

Dossier de presse "Au secours du Genévrier d’Ekman et de la flore d’Haïti" (2014)

Nous avons choisi de vous présenter une diversité d'actions menées par le Conservatoire botanique national de Brest dans l'Ouest de la France et dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive. Faites votre choix !

Plantes à fleurs et fougères Algues, lichens et mousses Milieux naturels