Depuis 2012, le Conservatoire botanique national de Brest participe à un réseau expérimental sur la restauration de zones humides. D’abord initié dans le Finistère, le réseau est actuellement en cours d’extension au niveau régional sous la coordination du Forum des marais atlantiques.

Contexte

La Cellule d’animation sur les milieux aquatiques (CAMA), co-animée par le Département du Finistère et le Forum des marais atlantiques, a mis en place depuis 2012 un réseau expérimental sur la réhabilitation de zones humides du Finistère.

Ce réseau a pour vocation d’évaluer si des travaux de restauration hydrologique permettent de retrouver les services et fonctions perdus de zones humides sévèrement altérées, en particulier la régulation de la qualité et de la quantité d’eau ainsi que l’accueil de la biodiversité. Leur efficacité est évaluée via un suivi pluridisciplinaire prenant appui sur la mobilisation de différents partenaires.

Le Conservatoire botanique national de Brest est partenaire technique et scientifique du réseau et a réalisé, dans ce cadre, l’état des lieux de la flore et des végétations des cinq sites pilotes du réseau. Il a également participé à la mise en place des protocoles de suivis de la végétation et à leur mise en œuvre.

Résultats

Les résultats du programme finistérien sont consignés, pour chacun des 5 sites pilotes, dans des rapports et synthèses. II incluent l'état initial, la définition des protocoles de travaux et leur mise en œuvre ainsi que les résultats des suivis après travaux et une évaluation de l'opération de restauration, basée sur l'analyse de l'évolution des différents indicateurs après travaux.

Conclusions • D’une manière générale, les travaux de restauration hydrologique ont un effet positif sur la flore en place dans les sites pilotes. Mais la réponse de la végétation suite aux opérations de restauration diffère en fonction des types de travaux engagés. Par exemple, lors de l’effacement de drainage, la végétation réagit d’abord rapidement autour de l’ancien drain mais les effets à l’échelle de la parcelle sont plus longs à percevoir. Il en est de même pour les sites où le sol a été remodelé pour restaurer la zone humide : le sol nu est très rapidement colonisé par une végétation pionnière mais sa stabilisation et sa diversification est plus lente. Il est ainsi nécessaire de poursuivre les suivis des sites pilotes afin de confirmer certaines tendances qui semblent se dessiner et pouvoir observer les changements sur le long terme.

Perspectives

Depuis 2019, le réseau est en cours d’extension au niveau régional sous la coordination du Forum des marais atlantiques et inclue un volet recherche-action dénommé ETREZH (Evaluation de l’effet des travaux de restauration sur les fonctions des zones humides de Bretagne). Ce nouveau programme permettra de poursuivre l’acquisition des connaissances scientifiques et techniques, notamment sur l’effet des travaux de suppression de drainage enterré ou de remblai (non étudiés dans le Finistère). Le projet pose également la question de la façon dont peuvent être évalués les travaux de restauration et de l’adaptation de protocoles de suivis au contexte particulier de la restauration des milieux.

Partenaires

Contact

Vincent Colasse
Chargé d'études flore et habitats
Antenne Bretagne
Conservatoire botanique national de Brest
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

En savoir plus

Site web de la Cellule d'animation sur les milieux aquatiques

 

Nous avons choisi de vous présenter une diversité d'actions menées par le Conservatoire botanique national de Brest dans l'Ouest de la France et dans les hauts lieux de biodiversité mondiaux. Il ne s'agit pas d'une liste exhaustive. Faites votre choix !

Plantes à fleurs et fougères Algues, lichens et mousses Milieux naturels